Spectacle vivant
Créatifs culturels
Particuliers

Accompagnement au développement
personnel et professionnel

Jeune : le pouvoir du rêve pour choisir sa voie

Jeune : le pouvoir du rêve pour trouver sa voie

Une interview de Boris Cyrulnik, interrogé sur « comment aider un jeune à trouver sa voie ? » donne envie à Logos-opera de partager ses propos et d’apporter un témoignage d’expérience.

Boris Cyrulnik parle du pouvoir du rêve pour aider le jeune à trouver sa voie. Nous avons regardé à travers ce prisme ce que 3 jeunes femmes que nous avons accompagnées, nous confiaient sur leur avenir.

Nous avons eu très récemment le plaisir et l’honneur d’accompagner 3 lycéennes en classe de Terminale dans leur réflexion sur leur choix d’orientation post Bac. Chacune de ces jeunes femmes aborde cette question avec sa singularité, à travers ce qu’elle est et ce qu’elle souhaite être.

Pour l’une, le choix d’un métier est posé depuis l’enfance et la motivation est à son comble. Le dépassement de soi fait partie de son fonctionnement pour atteindre son but. Au point qu’il nous a semblé essentiel de lui suggérer d’intégrer le plaisir dans son quotidien de travail et d’apprentissage. Pour elle le rêve est directement relié à la réalité. Cette jeune femme avance pour elle, elle sait comment se réaliser. Et elle est connectée au sens que cela a pour elle aujourd’hui de suivre cette voie.

Pour une seconde, le choix d’orientation est stratégique et répond à plusieurs besoins. Le premier est son besoin d’autonomie vis-à-vis de la famille. Le deuxième est le besoin de démontrer à sa mère « qu’une femme peut y arriver » et être indépendante (financièrement et intellectuellement). Elle a choisi un cursus d’études post-bac en 2 ans, en alternance. Elle prévoit une reprise d’études, plus tard, en cours d’emploi.
Pour elle, le rêve de réalisation personnelle est associé à une réalité de vie dont elle veut s’affranchir. Cela entretient sa motivation à agir.

Pour la troisième c’est différent. Elle est stressée. Elle a pourtant une idée du métier qu’elle aimerait exercer. Mais elle déclare que son « année de terminale est gâchée par ses préoccupations pour son avenir ». Elle dit être très préoccupée car elle n’a aucune certitude d’intégrer le cursus universitaire qu’elle veut car la sélection d’entrée se fait par tirage au sort. Pour elle le rêve serait, comme Boris Cyrulnik en fait mention dans son interview, de consacrer l’année post-bac à une pause active, comme partir à l’étranger et s’enrichir de découvertes. Pour cette jeune femme, il nous semble que le pouvoir du rêve n’opère pas ou plus.

Précisions que ces trois lycéennes ont la chance de faire partie d’un programme où elles sont soutenues, écoutées, accompagnées dans leurs démarches et où elles sont encouragées à user de l’autorisation de rêver. Le programme se charge de leur apporter les meilleures conditions de réalisation de leurs projets.

Nous rejoignons Boris Cyrulnik sur le fait qu’il est essentiel d’encourager le jeune à user de son pouvoir de rêver car il est le moteur de l’action.

Nous pensons qu’il est également primordial d’accompagner le jeune précisément au moment où le rêve pour se réaliser doit rencontrer la réalité.


Eva Lambert – logos-opera

Interview de Boris Cyrulnik, LE MONDE | 12.12.2016 | Propos recueillis par Laure Belot, en ligne ICI